Soutenir la pêche locale avec l’Espar

Sur un voilier, un espar désigne tout ce qui tient les voiles. Mais à Lorient, c’est aussi le nom de l’association Ensemble pour le soutien d’une pêche artisanale et responsable : l’équivalent, dans le domaine de la pêche, des AMAP (Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne), qui renouent avec le lien direct du producteur au consommateur. Comment ça marche?
L'Espar

Pour consommer autrement

Alors que se multiplient, dans la presse, les articles alarmistes sur les méfaits de la mondialisation dans le domaine alimentaire (produits faisant le tour de la planète avant d’arriver dans l’assiette, multiplication des intermédiaires et des marges qu’ils réalisent sur les produits, dangers pour la santé…), de nombreux systèmes permettent de renouer avec un principe simple : la consom’action.

Devenir un consommateur responsable, c’est privilégier les filières de pêche artisanaleproduction locales pour soutenir les producteurs régionaux, c’est participer à une distribution raisonnée des produits, mais c’est aussi manger mieux pour moins cher!

En effet, en délaissant les géants de l’agro-alimentaire au profit des marchés et des circuits directs, on trouve des produits plus frais, à la traçabilité plus lisible, à des tarifs souvent très concurrentiels grâce à la diminution des marges distributeurs.

Si les associations ont besoin d’une participation financière, c’est uniquement dans la mesure de leurs frais de fonctionnement, et pas pour réaliser des bénéfices astronomiques. Si l’on connaît bien maintenant les filières locales maraîchères, l’Espar innove en proposant des produits de la mer à petits prix.

L’Espar, un système simplissime

L’Espar « regroupe des adhérents et organise la commercialisation directe par abonnement des produits de la mer entre pêcheurs et consommateurs » (site web de l’Espar). On adhère pour 20 euros l’année à l’association, puis on s’engage pour quatre

Une glacière limandes-langoustines

Une glacière limandes-langoustines

mois avec un pêcheur local, qui nous fournira, deux à quatre fois par mois selon l’abonnement choisi, une « glacière » : un panier de poissons.

Composée de 2 à 3kg de poissons et crustacés, la glacière coûte 10 euros, on la récupère à quai en fin de semaine, et on en règle 4 à l’avance.

Pour le consommateur, c’est l’assurance d’avoir du poisson frais régulièrement, et pour le pêcheur, c’est un soutien financier tout aussi régulier, qui le protège des aléas et qui, surtout, permet de fidéliser de nouveaux clients… Pas de plats préparés, des poissons entiers et variables selon la pêche : c’est la surprise!

Devenir consom’acteur

Adhérer à l’Espar, c’est ainsi participer à l’effort commun : il y a le risque d’être parfois déçu (avec la qualité du poisson régional, c’est un risque minime…), et ravi la fois d’après! Comme le soulignent deux porte-paroles de l’association, Jean-François Daigremont et Patrick Loaec, dans une interview donnée au journal Ouest-France : « Parfois, la composition est très variée : on a du rouget, du merluchon, de la sole, des araignées, de la langoustine. Parfois, ça l’est moins. Il faut accepter les aléas de la pêche et la saisonnalité des produits (…) C’est aussi cela le but de l’asso, s’éduquer à consommer autrement. »

Soupe de poissons... recette sur le site de L'Espar!

Soupe de poissons… recette sur le site de L’Espar!

Adhérer, c’est s’engager… mais aussi profiter des moments de convivialité que sont les réunions associatives, les rencontres avec les pêcheurs, les échanges de recettes et autres trucs culinaires dont on trouvera un échantillon sur le site web de l’Espar… et laisser au poisson, de nouveau, la place d’honneur dans nos assiettes!

http://www.lespar.org/

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *