Les Lorientales : la Bretagne métissée

Du 1er au 8 juin aura lieu à Lorient le festival Les Lorientales. Derrière ce joli jeu de mot se cache l’association éponyme, qui travaille à rendre compte des métissages culturels à l’œuvre en Bretagne, et nous offre de connaître des auteurs orientaux à travers livres et films… Focus sur l’actu des Lorientales.
affiche

Quand l’Orient et l’Occident s’étoffent l’un l’autre

Comme le remarque l’association des Lorientales sur son blog, Lorient est une ville qui fut jadis ouvertes sur l’Orient et le continent africain, par sa position maritime essentielle. C’est une Histoire ouverte et métissée de tant de voyages, qu’il s’agit de mettre au jour, en se souvenant de « la route de la soie et des épices, des caravanes, tout un monde qui a transporté au fil des siècles, à travers les continents, des milliers de marchandises ».Gabbeh

Ces populations nomades transmettent à tavers les générations « leurs cultures, leurs découvertes, leurs musiques, leurs traditions ». Le festival les Lorientales veut travailler le rapport entre deux civilisations qu’apparemment tout sépare, mais qui ont su se modifier, s’étoffer réciproquement : « cette dualité, dynamique, est une ressource inépuisable ».

Donner à connaître et à comprendre le monde arabe (langue, civilisation, culture) ; encourager les échanges culturels, reste l’ambition des Lorientales.

Et ce, à travers l’art, la musique, la calligraphie, le théâtre, la littérature… mais aussi dans la cuisine, la découverte d’autres coutumes. « Dans tous les cas, rechercher et créer des manifestations de qualité, le maître-mot ! »

Un programme centré autour du cinéma

filmLe programme du Festival s’articule autour de trois pôles : l’attribution d’un Prix Littéraire – le Livre Lorientales 2013, élu dès le 1er juin -, un concours photographique auquel tout le monde peut participer, et dont le thème sera dévoilé le même jour, et enfin une série de projections toute la semaine, accompagnées ou non de débats et conférences.

Essentiellement organisées dans la médiathèque de Lorient, ces séances sont gratuites. Centré autour du cinéma iranien, ce programme dénote une grande qualité d’ensemble, avec des films comme Le Cahier, de Hana Makhmalbaf (2008), Un temps pour l’ivresse des chevaux, de Bahmane Ghobadi, ou encore Le ballon blanc, de Jafar Panahi.

Parole et musique

Par ailleurs, à noter deux évènements qui ponctuent le festival des Lorientales : une conférence donnée par Agnès Devictor, spécialiste du cinéma iranien, Maître de Conférence à Paris 1 –Sorbonne, qui propose de présenter brièvement une histoire du cinéma à partir d’enjeux politiques, économiques, religieux et esthétiques – de nombreux extraits de films accompagneront sa présentation.

Enfin, le jour de la clôture samedi 8 juin, un concert attend les festivalier au Mohammed AbozekryManège, Cité Allende à Lorient. Mohammed Abozekry, sacré en 2009 meilleur joueur de oud du monde arabe au concours international de Damas, jouera avec les HeeJaz, qui mêlent le rock au jazz, la musique manouche au blues… pour une musique métissée! Le concert s’achèvera avec Egyptian Project : 7 musiciens et chanteurs, pour un mélange entre la tradition égyptionne et des ambiances de trip-hop, de hip-hop… ou de musique classique, « pour un voyage vers des contrées inexplorées ».

http://www.lorientales.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *